• Les mots, ton toucher

    Moi. La demoiselle. Je l'ai aimée sans attendre. Je lui ai dit : « La fumée de votre cigarette m'importune. » Son regard était doux. Tout doux. Doux comme les nuages de mes rêves. Doux comme une peau fraîche.

    Le toucher simple d'une main qui tisse des harmonies gracieuses dans ma nuque, j'échange mon piano contre ton toucher, les cordes de ma vielle grâce à toi. Les instruments s'accordent et la symphonie d'un monde nouveau m'emporte loin les étoiles.

    Je tais les mots. Entre nous, c'était toi.


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Février 2006 à 13:19
    il suffit
    d'un maux, de tendres mots, pour que votre vie bascule.....
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 13 Février 2006 à 13:24
    Waouh !
    Je devrais fumer plus souvent dans les lieux publics, moi :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :