• Les musiques sombrent

    Dans ma main, fourmis et insectes divers. Les émotions qui courent la mort. Pleurs et acides, ceux qui rongent la bouche, creusent les dents, les estomacs. Creuse : l'œil, les mines de sel.

    Les insectes, à plusieurs reprises. Le froid, aussi local dans cette cave aux musiques sombres. Les mélanges, les sens, l'enfance qui regarde à la lumière de cet œil neuf que j'aimerais avoir. Sans autre. Sans plus. Que j'aimerais avoir sur moi-même, le monde, cet instant précis où j'avais faim, quand la lumière décline et que l'amour a besoin.

    Une vague sur la frange dit que tu es inquiète. Ton geste finit lentement sur ton oreille que je presse contre ma main. C'est ta tendresse que j'aime, la fraîcheur-chair, tendresse des cœurs que je répète aux infinis.

     

    Vie d'émois,
    vide amour

    Belle nuit.
    Un beau jour...

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :