• Paroles en l'air

    Dans la foule qui va, dans celle qui vient, dans les pas qui se roulent, les jeunes, les femmes -toutes aussi belles-  je reste dans un écart de temps. L'inspir. Quelques heures d'un répit que j'aimerais plus souvent.

    Le répit. La fumée bleue. Les rêves d'enfant, donc les douleurs. Les paroles en l'air que personne n'empêche de s'envoler, que personne n'empêche même de sortir des bouches. Et toujours les mains, ces mains qui choisissent des gestes qui deviennent des mots, des paroles en l'air.

    Il me semble qu'il n'y a plus rien à respirer dans l'air que des paroles et des mots. Il me semble que mes poumons saturent, que j'aimerais fuir tout ce sens qui plane un peu comme une brume automnale. Un peu comme ce spleen.

    Les mots tombent. Les feuilles tombent. C'est la chute des saisons.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Décembre 2005 à 14:58
    il est des paroles
    qui ne tombent pas...Mais si peu savent les prononcer...
    2
    Mercredi 28 Décembre 2005 à 15:01
    Alors peut-être
    qu'il ne faut pas les dire ?
    3
    Mercredi 28 Décembre 2005 à 15:04
    je suis
    une incorrigible amoureuse d'Eternité...Et pour moi quia ime tant les mots, je ne peux les considerer comme légers...Chacun a son poids et demeure ce qu'il est.
    4
    Souvenir
    Mercredi 28 Décembre 2005 à 15:25
    les mots
    sur les violons se brisent, le son meurt, et le silence demeure.
    5
    Mercredi 28 Décembre 2005 à 15:50
    Volcane, je partage
    ton avis sur le "poids" des mots, j'aimerais dire leur signature. Peut-être que chaque mot est performatif ...
    6
    Samedi 31 Décembre 2005 à 23:31
    "les passantes"
    De passage ici à la découverte de vos mots. De beaux mots pour un passage de mots.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :