• Pirate pourri

    Ce que j'ai su, je le vois : la peau, l'enveloppe après le carnage. Des membres qui bougent, mais sans l'ombre d'une âme qui vive. Corsaire, corsage, vipères, regards. Je m'abreuve à ton bassin insolent.

    Tout brille.

    Ton regard et ta peau. Le ciel, le soleil ondulent à la surface de l'eau que je caresse. Si c'était la tienne. C'est étrange. Etrange encore.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :