• Je veux ton corps

    entrer ton corps

    encore

     

    ton amour

    mon amour

    encore.

     

    Je marche

    ta main

    nous sommes beaux

    l'un pour l'autre

     

    et l'eau

    les vapeurs

    [de l'autre]

    le soleil

    [son soleil]

    les lumières

    [ses lumières]

     

    fais-moi

    l'astre

    de ta nuit

    l'amour

    interdit

    à d'autres.

     

    [respire]

     

    On se donne

    la vie

    la mort

    à d'autres

    [à] chacun

    son tour.


    1 commentaire
  •  

    Je passais l'aspirateur.

    C'était 10 heures et des poussières...

     


    1 commentaire
  • Un avion est tombé dans le ciel.

    Pas de mort.

    Pas de blessé.

    Rien à dire.

    Juste ciel qui soigne un bleu.


    2 commentaires
  • Il y a des héritages qui nous semblent pesant parceque nous les acceptons. Tacitement. Mais au fond, c'est normal. Il semble. Elle semble. Le karma peut-être. Des parties de soi qui ne vont pas bien ensemble. Il semble. Elle semble.

    Il y a des héritages, des brins de sang, des momies subtiles qui nous habillent derrière, dedans.

    Le monde n'est à l'épée ni à personne. C'est un leurre. La pierre en souffre encore.


    votre commentaire
  • J'ai lu des trucs qui parlent du trafic motorisé, autorisé, des galaxies, du trafic de trafics, des choses au noir, au gris, des couleurs un peu glauques de la colonie Blogg-glandes</personname /></personname />.

    C'est Conteurs vs Compteurs.

    Des choses pareilles !

    Faux (!) de tout pour faire un monde, fût-il virtuel... des stars dans la toile filante, des starlettes terre-à-terre, des terres d'asile, des asiles de fous. C'est l'internat d'Internet... dont NOUS avons la clé.

    Y a des zappeurs, des sapeurs, des incendiaires, des pyromanes. Des cons, des connes. Plus ou moins autant que dans la réalité. De</personname /></personname /> toute façon, le virtuel, c'en est une, de réalité, sauf qu'elle est... virtuelle !

    [virtuel, adj. (du latin virtus, force) :  qui n'est qu'en puissance; potentiel, possible.]

    Alors, comme les fantasmes de crimes, de sexe, de célébrité, comme tous ces fantasmes ne peuvent pas bien se mouvoir dans une autre réalité, nous (blo)glandons dans ces terres à rides. Ben ouais, c'est la trentaine pour beaucoup ! Pour moi aussi....

    Pourtant, ici, je fixe les conteurs. Certains rixent les compteurs. C'est bien. Pour tout vous dire, je suis content que tout soit exactement comme tout doit être. Je me défile ? Ouais ! Pasque moi, ici, j'y viens justement loin du trafic des compteurs. Moi, j'aime bien marcher peinard et zyeuter alentours. Y a du bois mort dans la forêt. Y</personname /></personname /> a du bois frais. Y a des gros arbres, et des jeunes pousses, y a des loups, des lapins, des oiseaux chanteurs. Y a tout. C'est bloggland ! C'est UNE réalité.

    Je vous souhaite une belle promenade. Voyez ce que vous voulez.

    Moi, je regarde les conteurs...


    2 commentaires