• Ronde nocturne

    Je sais. Enfin, je sais. Je ne doute pas, en cet instant, des pensées qui m'avaient parues si vaines avant-hier. Et j'ai aimé le voyage à pieds, par les allées sombres, les feuillages dans le souffle chaud, l'atmosphère enfin avenante. Je me suis arrêté sur un banc. J'ai observé les ombres (je n'en ai pas trouvé) et le silence.

    J'ai écouté la voix dans ma tête. Le fil - ce fil - qui s'offrait à moi. Cette merveille.

    Au bord de la route, il y avait des coquelicots. J'ai touché leur peau si rouge, fraîche, semblable à un pétale de rose. J'ai figé une araignée et puis l'ai fait fuir. J'ai vu des fourmis à l'ouvrage, ou en ronde nocturne.

    Puis, la peur a brisé cette magie. Un moment. La peur brise beaucoup de rêves.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :