• Vidy

    Courir les capitales

    désinvolte

    léger,

    léger

    comme l'air qui porte

    comme l'air,

    désinvolte



    j'écume la ville

    la rive

    l'oeil en avale

    des profils

    des ficelles que tendent

    ces poitrines rayonnantes.



    Au zénith, je compte les dauphines. Je les aime comme les eaux du lac : si fines.


  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Juillet 2005 à 19:30
    à Pareil par trois...
    Si fines sylvides que leur corps d'ondines s'envolent avec le flot désinvolte... Longtemps que je n'avais reçu votre visite... Merci Philippe.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :